Je n'ai bêtement pas pris de photo de la salade César. Il vous faudra l'imaginer sachant qu'elle est constituée de salade romaine, de croûtons aillés, de parmesan fraîchement râpé et d'une petite sauce délicieuse à l'huile d'olive, citron et oeuf.

DSC02058

Pour 8 personnes

2 salades romaines

6 cuillères à soupe d'huile d'olive

4 cuillères à soupe de jus de citron

Sauce Worcestershire

1 à 2 gousses d'ail

2 oeufs

sel poivre

25 g de parmesan râpé

 

Faire revenir dans une petite lichette d’huile d’olive, des cubes de pain rassis préalablement et généreusement frictionnés d’ail.DSC02063

Plonger 2 œufs dans de l’eau bouillante et laisser cuire 4 à 5 minutes. Écalez comme vous pouvez. Une méthode efficace consiste à les couper en deux et à l’aide d’une petite cuillère d’en vider leur contenu.

Dans un saladier, mélanger les œufs mi-cuits, l’huile d’olive, le jus de citron, du sel, du poivre et une tombée de sauce Worcestershire. Bien mélanger au fouet (voire mixer au robot) afin que le blanc de l’œuf soit réduit en petites pièces.

Déposez la salade craquante, les croûtons, puis ajoutez 25 g de parmesan fraîchement râpé.

Servez sans attendre.

Certains ajoutent des anchois mixés et du poulet afin de constituer un repas complet. Nous adorons également cette version là et je dois bien reconnaître que la petite touche iodée et salée de l’anchois m’a manquée.


And now from something completely different, les desserts :


Trifle aux framboises

Le trifle est un dessert from là bas, que l’on place dans une grande coupe ou de petits récipients pompeusement appelés verrines. L’intérêt visuel étant de repérer les différents étages dont il est constitué. C’est à dire un biscuit, une crème, un fruit et une chantilly.

DSC02034

Ingrédients :

Quelques biscuits roses de Reims

Crème anglaise

Framboises

Chantilly minute


Faire une crème anglaise épaissie. Je préfère, dans le cadre de ce dessert, avoir à plonger ma cuillère dans une crème qui se tienne un peu plutôt qu’avoir à observer Tante Henriette laper une crème trop liquide qui finira inévitablement sur son chemisier en mousseline.


½ litre de lait frais (voire si vous en avez la possibilité, du bon lait de la ferme)

1 gousse de vanille de la Réunion

6 jaunes d’œufs

125 g de sucre blond de canne

1 grosse cuillère à café de fécule de maïs (Maïzena)


Versez le lait dans une casserole d’un litre minimum, ajoutez la gousse de vanille fendue en deux et grattée. Portez le liquide à ébullition puis laissez la vanille infuser durant 15 minutes (ou plus).

Cassez les œufs et déposez les jaunes dans un récipient avec le sucre. Fouettez jusqu’à ce que le mélange blanchisse. A la fin, ajoutez la cuillère de maïzena.

Versez le lait vanillé sur le mélange sucre, œufs, maïzena tout en fouettant. Reversez dans la casserole.

Déposez celle-ci sur le feu et remuez sans arrêt jusqu’à ce que le mélange épaississe. A la fin de l’opération, déposez cette casserole dans un récipient rempli d’eau froide afin que la crème refroidisse plus vite et que l’on évite ainsi la formation d'une « peau » à la surface. Remuez de temps en temps.

Lorsque la crème est froide, placez-la au réfrigérateur durant quelques heures (deux heures minimum).

Procédez ensuite au montage dans de petits verres individuels :

Cassez chaque biscuit rose de Reims en 8 et déposez quelques cubes au fond du verre. (Vous utiliserez les miettes en déco sur la chantilly). Laissez choir quelques framboises, puis la crème anglaise, de nouveau quelques cubes de biscuits, puis encore de la crème pour parvenir aux 2/3 du verre, soit n’ayons pas peur des mots et des comparaisons, à quelque chose près, le nombre d’or !

Renouvelez l’opération jusqu’à atteindre la parfaite correspondance entre le nombre de convives et le nombre de verres. Déposer le tout au frigo.


Vous réaliserez la crème chantilly juste avant de servir.

33 cl de crème liquide fraîche (pas UHT) sans additifs ni conservateurs, sinon ne vous étonnez pas qu’elle ne monte pas.

30 g de sucre.

Fouettez la crème liquide d’abord gentiment puis un peu plus fermement sans pour autant la traumatiser. Lorsqu’elle est montée, ajoutez le sucre, fouettez encore 20 secondes et hop.


Brownies

Du moment qu’il s’agisse d’un gâteau au chocolat fourré de quelconques noix d’ici ou d’ailleurs le tout coupé en gros cube, j’appelle ça un brownie. Cependant la recette originale n’avait pas, je crois, vocation à être appelée ainsi.

DSC02036

Recette de ma mère qui la tenait elle même d’une amie qui…

Toutes ces personnes s’entendant sur le fait absolument déterminant de respecter l’ordre dans lequel les différents ingrédients devaient être ajoutés les uns aux autres.

J’ai vaguement modifié deux ou trois trucs (moins de sucre, plus de chocolat, moins de beurre, etc), mais la recette notée ici est l’originale.


1 pincée de sel

180 g de sucre (ma version : 150 g)

1 sachet de sucre vanillé ou une cuillère à café d’extrait de vanille

125 g de beurre fondu (ma version : 100 g)

2 œufs (1+ 1)

100 g de chocolat noir (ma version : 130g de Valrhona 61%)

80 g de farine + 1cc de bicarbonate (ma version 50 g de farine)

125 g de noix


Faites fondre le chocolat dans un récipient. Dans un autre faites fondre le beurre.

Puis ajoutez dans l’ordre noté, les différents ingrédients.

Versez dans un moule beurré et fariné et faites cuire à 190° durant 25 à 30 minutes.

Saupoudrer ensuite de sucre glace ou coupez-le en cubes pour faire des brownies.